OTR
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La partie des PVs est en reconstruction alors ne vous étonnez pas si tout n'est pas parfait. Si vous avez un doute, n'hésitez pas à nous poser la question ! Changement de version =] Merci d'patienter, il est 01h14 et j'en ai ma claque de changer le css alors je vais dormir je reprends demain xD Merci d'patienter

Partagez|

Carl John Hyde - acriminalmind 45%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Carl John Hyde - acriminalmind 45% Sam 20 Mar - 16:30

CARL john HYDE
RUSSELL CROWE





La vanité est le sixième sens.

Ecartez la vanité, elle gêne l'orgueil.
◘ Nom : Hyde
◘ Prénom(s) : Carl John
◘ Date de naissance : 19 juillet 1970 – 40 ans
◘ Origines : Américaines, New-York

You've got a secret.
Je suis Claustrophobe à un point très important, au point de tuer la personne qui oserait m’enfermer. Et je n’ai pas un grand sens de l’humour…

Vox Populi




(c) CARL

REMPLACEZ LE PETIT CARRE PAR UNE ICON OU UN GIF
L'icon ou le gif n'est pas forcément une image de votre personnage. Cela peut-être une autre célébrité si vous avez pris un pv et que celui-ci a des liens /!\ Racontez ici une anecdote, un souvenir d'enfance ou une "VDM". Vous avez carte blanche !

REMPLACEZ LE PETIT CARRE PAR UNE ICON OU UN GIF
L'icon ou le gif n'est pas forcément une image de votre personnage. Cela peut-être une autre célébrité si vous avez pris un pv et que celui-ci a des liens /!\ Racontez ici une anecdote, un souvenir d'enfance ou une "VDM". Vous avez carte blanche !

REMPLACEZ LE PETIT CARRE PAR UNE ICON OU UN GIF
L'icon ou le gif n'est pas forcément une image de votre personnage. Cela peut-être une autre célébrité si vous avez pris un pv et que celui-ci a des liens /!\ Racontez ici une anecdote, un souvenir d'enfance ou une "VDM". Vous avez carte blanche !

REMPLACEZ LE PETIT CARRE PAR UNE ICON OU UN GIF
L'icon ou le gif n'est pas forcément une image de votre personnage. Cela peut-être une autre célébrité si vous avez pris un pv et que celui-ci a des liens /!\ Racontez ici une anecdote, un souvenir d'enfance ou une "VDM". Vous avez carte blanche !

J’aime les plantes, la tranquilité et nourrir l’espoir d’avoir un jour une famille.
• Je n’aimes pas les prostituées, le mauvais café et

- un adjectif mauvais
- Impulsif
- impatient
- colérique
- Loyal
- croyant
- À l'écoute
- Simple
Once upon a time.
UNE ENFANCE CLASSÉE SECRET DÉFENSE ou encore « jenenparlepas.com »


Je ne peux pas dire que j’ai eu une enfance malheureuse. Et pourtant, lorsque j’y songe ce n’est jamais en hurlant de bonheur. Il faut dire qu’une partie fut pour moi une véritable enfance parfaite. Mais que l’autre vient gâcher ce magnifique tableau de manière tragique. Vous ne vous imaginez pas à quel point. Mes parents étaient des fermiers. Mon père, John était un homme rude mais aimant. C’était mon mentor, mon modèle. Ma mère Keila était une femme douce et bonne. Un ange, c’est le seul terme qui me vient à l’esprit et surtout le plus approprié. Ma sœur s’appelait Jessika.

« Du moins, elle s’appelle toujours ainsi. Hm, je crois, tout cela pour dire qu’elle n’est pas morte mais que je ne l’ai jamais revue en personne. Elle a une famille maintenant, à ce qu’il parait. »

Nous étions une famille heureuse, ordinaire. Nous n’étions pas riches mais nous n’avions pas besoin de plus d’argent. La cupidité rend fou. Ce fut la déchéance de mon père… Je n’avais que douze ans lorsque notre vie est soudainement devenue « plus agréable » mon père ramenait davantage d’argent. Nous ne savions pas pourquoi mais il nous apportait des cadeaux alors nous ne posions pas de questions. Mais il y avait toujours ces crises avec notre mère, et comme c’était la première fois que nous devions supporter des chicanes cela n’avait rien d’agréable.

– John! Depuis quand avons-nous besoin de tout cet argent? Notre famille n’était pas assez bien comme cela?
– Tu te fais des histoires! Un homme n’est pas un homme lorsqu’il ne rapporte pas assez d’argent pour faire vivre sa famille, maintenant tout est parfait!
– Tu nous faisais très bien vivre! Et maintenant tu ne dors plus la nuit, tu n’es plus le même! Qu’est-ce qui se passe? D’où vient cet argent?
– Laisse tomber! Je fais ce qu’il y a à faire!

Voilà à quoi ressemblait les discutions entre notre mère et notre père. John ne répondait jamais lorsqu’il était question de savoir d’où provenait l’argent qu’il ramenait à la maison. La situation ne s’améliora pas, au contraire elle se dégrada totalement. Si au départ nous étions une famille heureuse, rapidement nous sommes devenus des gens nerveux. Sans savoir quoi exactement, nous nous attendions tous à une catastrophe. Et elle arriva. Un jour des gens frappèrent à la porte sans attendre de réponse. C’était le début de la fin.

PARCE QUE C’EST LOIN D’ËTRE TERMINÉ


Notre père était paralysé par la peur. Il semblait savoir mieux que nous ce qui se passait. À ce que j’ai compris, il devait de l’argent, énormément d’argent à ses messieurs depuis un moment. Les affaires n’avaient pas été bonnes et il ne pouvait pas rembourser. Ils étaient venus lui faire la peau. À lui, mais également à toute sa famille…
« Sachez que je ne suis pas mort cette journée là et que maintenant je connais parfaitement le déroulement de ce genre d’affaires. Peut-être parce que je suis devenu un tueur, je suis devenu précisément l’un de ses salopard qui ont fait la peau à ma mère et à mon père et qui ont traumatisé ma sœur, gâché mon enfance. Du moins, je ne suis certes pas aussi dégoutant, mais je suis aussi cruel j’imagine. » Ce que j’ai vu ce jour là me glace toujours le sang. J’ai vu mon père se faire assassiner devant mes yeux. J’ai vu ma mère se débattre pour nous cacher, avant de se faire elle-même tuer. Elle est parvenue à mettre ma sœur dans la remise et lui faire comprendre qu’elle ne devait pas sortir. Mais lorsqu’elle est venue pour me cacher également, elle avait voulu me mettre dans notre abri au sous-sol, vous savez, ce genre de pièce conçu contre les catastrophes? Sauf qu’elle n’a pas eu le temps de s’y rendre.

« La suite? Je ne l’ai jamais raconté à qui que ce soit vous savez. Je ne suis pas en train de chialer, ça ne me fais plus cet effet là depuis longtemps. Plus depuis que j’ai gouté au meurtre pour la première fois en tuant le salopard qui lui a infligé ça… »

Ma mère a été agrippée par l’un des hommes qui l’a frappé jusqu’à ce qu’elle se calme. J’étais également fou de rage mais un autre homme m’a maintenus et s’est arrangé pour que j’arrête de bouger. Je n’avais que douze ans, et pas la moindre chance contre la force du mastodonte. Ils m’ont forcé à regarder ma mère se faire violer. J’ai vécu là l’un des moments les plus atroces de toute ma vie. Ils l’on ensuite tuée, et m’ont jeté dans l’endroit où ma mère voulait me dissimuler. Ils ont toutefois bloqué la porte de l’extérieur.
J’ai été plongé dans la noirceur la plus totale durant plus de quatre jours. Lorsque j’ai été retrouvé, j’étais comme mort. Les médecins disent que si je suis toujours vivant maintenant c’était à cause de ma volonté de survivre. C’est ma sœur qui m’a sauvé. Elle a finit par dire qu’elle avait un frère. Sans elle, je serais mort aujourd’hui. Je n’ai jamais eu l’occasion de la remercier. Nous avons été séparés. Elle a été adoptée et moi je n’ai pas eu cette chance là.

LORSQUE LE COEUR CRI VANGEANCE


J’étais trop violent, trop agressif dans mes paroles pour qu’une famille ai envi de m’adopter. Ils ne voulaient pas me mettre avec ma sœur affirmant que mon comportement pourrait être copié par la gamine. C’était probablement vrai, de toute manière famille ou non, cela n’aurait probablement pas changé mon but. Depuis la mort des mes parent à l’âge de douze ans, je n’imaginais qu’une seule chose; faire payer ceux qui avaient tués ma mère et mon père. C’était une véritable obsession. Lorsque j’ai eu quinze ans, je me croyais assez fort et assez expérimenté pour pouvoir accomplir ma vengeance. Ce que j’ai fait. J’ai trouvé ses hommes et je suis parvenu à assassiner celui qui avait violé et tué ma mère. Je suis même parvenu à m’en sortir. Sans être tué ni arrêté. Un exploit. Il faut dire que j’ai un véritable don avec les armes, je vise mieux que personne, et je n’étais encore qu’un gosse.

Avoir vengé ma mère m’a soulagé en un sens, sauf que je me suis rapidement perdu dans la merde que je venais de créer. J’ai rencontré un homme qui m’a pris sous son aile. Robert Grimes. À l’époque il gérait un bar remplit de prostituées. Il faisait également des affaires plutôt douteuses et moi c’était là que je devais intervenir. Il me montra diverses choses que j’assimilais rapidement. Il fit de moi un véritable tueur. Quelques années plus tard, je suis devenu son associé. J’ai également rejoint un milieu qui me serait difficile de quitter dorénavant.

TOUT EST SOUVENT À RECOMMENCER


Après quelques années à me concentrer uniquement sur mon boulot, j’ai rencontré une jeune femme fabuleuse. Sara Jenkins qu’elle s’appelait. Jamais personne n’aurait pu prévoir que moi et mon sale caractère l’on trouverait une femme qui saurais me supporter. Et bien pourtant je croyais l’avoir trouvée. Nous avons passé plusieurs mois de bonheur ensemble puis je l’ai demandée en mariage. Ce fut lors de notre lune de miel que j’ai arrêté d’aimer les femmes…

« Je crois que j’ai trop bu… »
– Mais non mon chéri … il faut se laisser aller.
« Tu n’es pas aussi bourrée que moi, toi… »

Non, puisqu’elle venait de me droguer. Elle me laissa m’endormir sur le lit et quitta la chambre en prenant bien soin de récupérer mon arme. Toutefois si je me suis retrouvé léthargique un bon moment, elle ne m’a pas donné la bonne dose. Je me suis redressé et je suis allé à sa rencontre. C’est une Sara étonnée que j’ai vu dans la cuisine de mon appartement…

« Qu’est-ce … que… tu fais avec… mon arme… »

Cette scène, je l’ai revue et je la revois encore. Je me souviens de l’état de faiblesse dans lequel je me trouvais. Surtout à quel point mon esprit était embrouillé. La bouteille de vin toujours à la main, j’étais perdu, tout simplement. Lorsqu’elle se retourna et qu’elle pointa mon arme vers moi, en fait, je ne compris pas encore où elle voulait en venir. Imbécile? Peut-être un peu, mais surtout drogué et amoureux… Sauf que lorsqu’elle a tiré sur moi, la dose d’adrénaline que j’ai reçue à cet instant m’a fait reprendre mes esprits.

Cette pétasse allait me tuer si je ne sauvais pas ma peau. Elle m’a tiré une deuxième fois dessus et à cet instant j’ai perdu toute la rage qui m’avait envahi voilà quelques secondes. Elle avait fait place à une terrible incertitude. Je l’aimais terriblement, pourquoi celle avec qui j’avais imaginé ma vie, mon futur, mes enfants voulait-t-elle m’assassiner? J’ai finalement apprit qu’elle n’était rien d’autre qu’une prostituée qui recevrait un montant faramineux si elle m’explosait la tronche. Qu’elle ne m’avait jamais aimé… Je l’ai frappé et elle a explosé en sanglot. S’excusant et me faisant perdre une nouvelle fois toutes mes craintes à son sujet. J’étais amoureux à un point tel que je pourrais certainement me laisser tuer par elle. Sauf que lorsqu’elle m’a tiré dessus une nouvelle fois je n’ai pas hésité. Je me mis à la frapper à la tête avec la bouteille que j’avais toujours dans les mains. Je ne suis parvenu à la frapper qu’une seule fois. Elle s’est alors jetée dans mes bras, nous projetant tous les deux par terre vu que je ne tenais plus réellement debout. Nous avons brisés certaines choses au passage, dont un large miroir en longueur.

Elle s’est de nouveau accrochée à moi en pleurnichant, disant qu’elle avait perdu la tête… Mais surtout qu’elle m’aimait. Je ne savais plus que croire, au fond, peut-être qu’elle avait été droguée aussi. Un raisonnement stupide, mais s’avouer que la personne que l’on aime le plus au monde est en fait une toute autre personne et qu’elle ne vous aime pas est particulièrement difficile…Alors que je cédais une nouvelle fois et qu’il n’y avait plus de balle dans son arme (ça je l’ignorais toutefois) Elle a mit la main sur un bout du miroir et elle s’est mise à me lacérer le dos… Cette fois, ma bouteille de vin s’est abattu sur elle à tellement de reprises que plus personne ne pouvait douter de sa mort… Je l’ai tenue contre moi, morte et ensanglantée durant des heures… moi-même au bord de la mort jusqu’à ce que mon associé me retrouve ainsi; Sur le sol, figé et avec Sara dans les bras. Morte. Belle et bien morte.

ENCORE FAUT-IL ÉVITER DE M’APPROCHER


Les semaines suivant la mort de Sara furent horribles pour tout le monde, moi compris. Les femmes du bar me répugnaient et je laissais libre court à ma colère sur elles. J’étais dans un tel état de fureur que j’en étais fortement méprisable. Je suis violent et détestable. Impulsif et furieux. J’avais eu des projets qui s’étaient vu détruit sous mes yeux. J’avais dû assassiner la femme que j’aimais. Un jour j’ai commis l’erreur de tuer l’une des prostituées du bar. Ce fut une grossière erreur… Un ultimatum avec mon associé (Ou plutot une crise de colère de sa part) m’a poussé à prendre du recul et à m’éloigner de Robert et du bar où j’avais grandis et prit mes marques en tant que tueur. J’ai travaillé un moment à mon compte, pas très longtemps je dois l’avouer. Si Robert a dissimulé mon meurtre, je sais pertinemment que seul je ne tuerais pas bien longtemps sans me faire arrêter.



(c) COPYRIGHT
La télé-réalité, un monde à feu et à sang recouvert d'un masque de bal.

J’ai rencontré Mr Nobody voilà quelques jours. J’avais besoin d’un boulot et il n’a pas hésité à m’en fournir un. Je ne sais pas toutefois si je suis réellement approprié pour l’emploi, je veux dire; je suis un tueur, et non pas le genre d’homme à trouver des idées tordues pour ennuyer les gens. Mais il m’a assuré que tout ce que j’aurais à effectué se trouverait déjà sur papier. Mais ce qu’il me fournissait également comme assurance c’était d’éviter les ennuis avec les flics et ça c’était particulièrement important pour moi. Je crois que maintenant j’essais de me convaincre qu’un petite pause dans ce que je fais habituellement ne pourrait pas être néfaste en fait. Alors vous comprendrez qu’en somme je ne suis au courant de rien. Je ne sais même pas que c’est un jeu… Je me charge également de me « débarrasser » gentiment de ceux qui ennuies le monsieur. Je suis davantage doué dans ce genre de chose. Je n’ai conscience de rien, encore moins de ce qui se trame dans mon dos. Je risque d’être particulièrement surprit l’un de ses jours lorsque je me retrouverai moi-même victime de mon propre jeu. Si je n’ai pas totalement confiance en cet homme il m’a déjà prouvé connaître parfaitement ce qu’il faisait. Soit, tant que je n’avais pas d’ennuis et que je ne risquais pas la prison, tout était parfait pour moi. Je suis venu à Londre dans l’espoir de vivre de nouvelles choses. Je ne sais visiblement pas à quel point…
Everybody lies.

Votre personnage est-il du genre brave bête un peu mouton tout doux, grand révolté interne près à la révolution de 2010 ou bien psychopathe et malfaisant dans l'âme ? Dites ici s'il est capable d'enfreindre les lois et jusqu'à quel point. Est-il capable de tuer, de dealer de la drogue, d'entretenir un bordel ou bien s'il est policier et qu'il veille au grain. Cette partir est très importante pour votre place dans le jeu futur alors ne la négligez pas ! Dites nous tout à propos des vices de votre personnage, s'il prend de la drogue, s'il aime l'alcool, s'il dépasse les limitations de vitesse et collectionne les amendes...etc. C'est en quelque sorte votre casier judiciaire. Si votre personnage est blanc comme neige, pensez à expliquer comment cela se fait. Est-ce par rapport à son adolescence ? Vous pouvez aussi parler de cette période là de sa vie ! Tout y passe !
25 lignes.

WELCOME TO LG ! Hors jeu.

• Connaissez-vous Mr. Nobody ?
• En avez-vous peur ?
• Savez-vous qui sont Bonnie and Clyde ?
• Suicide ou homicide ?
• Blanc ou noir ?
• Arme à feu ou couteau ?
• Zéphyr ou Mistral ? ??
• Quel est le meilleur perso de ce forum physiquement ? J’en sais rien
• Votre fréquence de connexion ; Régulière
• Votre petit nom ? Nous allons nous en tenir à Carl si vous voulez bien x)
• Comment avez-vous connu le forum ? PRD
• Un commentaire débile à faire ? WOOLOOMOOLOO (Dieu que j’adore cette ville XD)


Dernière édition par Carl J. Hyde le Sam 20 Mar - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zéphyr O. Mitchell




Messages : 169
Date d'inscription : 04/03/2010

Et sinon ?
• Casier Judiciaire:
• My friends,my dearest ennemies:

MessageSujet: Re: Carl John Hyde - acriminalmind 45% Sam 20 Mar - 18:16

WOOLOOMOOLOO-BIENVENUE xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wendy J. Petter

Carots Addict


Messages : 216
Date d'inscription : 03/03/2010

Et sinon ?
• Casier Judiciaire: Je suis assez intelligente pour pas me faire choper.
• My friends,my dearest ennemies:

MessageSujet: Re: Carl John Hyde - acriminalmind 45% Sam 20 Mar - 18:53

WELCOOOME !!!

_____________________________

    "WITH THE LIGHTS OUT IT'S A LITTLE LESS DANGEROUS EVEN WITH A STRANGER NEVER GETS PAINLESS DON'T BE AFRAID. EVERY TIME I THINK I'M GONNA CHANGE IT IT'S DRIVING ME INSANE ."

    I SAY ARE YOU GONNA BE MY BOY?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Carl John Hyde - acriminalmind 45% Sam 20 Mar - 19:12

wElC0000000000000000000000000000000000000000000mE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Carl John Hyde - acriminalmind 45%

Revenir en haut Aller en bas

Carl John Hyde - acriminalmind 45%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On the road :: We are chiefs. :: I'm the Walrus :: Les présentations réfusées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit